Vous êtes ici: Accueil > Documentations scientifiques > Revues récentes > Revue Malgache de Cancérologie (RMC) > Revue Malgache de Cancérologie. Août 2016 ;1(2), ISSN 2519-7304


  • Une leucémie à plasmocytes révélée par un paludisme grave : à propos d’un cas
    Revue Malgache de Cancérologie. Août 2016 ;1(2) : 27-32

    Auteurs : Rakotozafindrabe R., Rakotovao L., Rabenjanahary T., Razafimahefa S.H., Dodo M., Rakotonirainy O.H., Rakoto Alson O., Ramanampamonjy R.M.

    Auteur correspondant : Rakotozafindrabe R. (ralrrina1@gmail.com)

    Mots clés : LEUCEMIE A PLASMOCYTES/MADAGASCAR/PALUDISME A PLASMODIUM FALCIPARUM

    [ FR ] La leucémie à plasmocytes (PCL) est une variante rare et agressive de myélome, caractérisée par la présence de plasmocytes circulants dans le plasma. Elle est classée primitive (pPCL) quand elle apparait de novo et sans signes de myélome multiple auparavant. Nous rapportons le cas d’un patient avec pPCL révélé par un paludisme grave à Madagascar. Les défis diagnostiques et thérapeutiques auxquels sont confrontés la maladie, dans un pays d’endémie palustre, sont discutés. Un homme de 30 ans était hospitalisé pour une fièvre aiguë. Il avait un IPS à 4 et une splénomégalie stade 2. Il n’avait pas de foyer infectieux évident. Un test de diagnostic rapide du paludisme détectait une infection par Plasmodium falciparum. Le paludisme était considéré comme grave vue l’insuffisance rénale aiguë. La numération formule sanguine montrait une plasmocytose à 24,8 x 109/L. La vitesse de sédimentation était accélérée à 80mm à la première heure. Le lactate déshydrogénase était élevé à 320 UI/L. L’électrophorèse des protéines sériques et la calcémie corrigée étaient normales. Le myélogramme montrait une infiltration plasmocytaire à 80%. Le patient était traité et guéri du paludisme. Une chimiothérapie par melphalan - corticoides était entamée ; la transplantation allogénique ou le traitement à base de bortezomib ne sont pas disponibles à Madagascar. Malheureusement, le patient est mort précocement au cours du premier cycle de chimiothérapie. A notre connaissance, il s’agit de la première description d’une leucémie à plasmocytes à Madagascar. Son mode de révélation par un paludisme peut exister en milieu tropical.

    [ EN ] Plasma cell leukemia (PCL) is a rare and aggressive variant of myeloma, characterized by the presence of circulating plasma cells. PCL is classified as primary (pPCL) when it presents de novo in patients with no evidence of previous multiple myeloma. We report a case of a patient with pPCL revealed by severe malaria in Madagascar. Challenges facing the diagnosis and treatment of the disease in a malaria-endemic country are discussed. A 30-year-old man was hospitalized for an acute fever. The patient had an IPS at 4 and a splenomegaly stage 2. He did not have any evident site of infection. A Malaria rapid diagnostic test detected Plasmodium falciparum infection. The patient was classified as having severe malaria since he presented acute renal failure. The blood cell count showed a plasmocytosis at 24.8 x 109/L. The erythrocyte sedimentation rate was accelerated to 80mm at the first hour. Lactate dehydrogenase level elevated to 320 UI/L. The serum protein electrophoresis and corrected serum calcium were normal. The myelogram showed a plasmocytosis infiltration to 80%. In this context, the patient was treated and cured of malaria. Following his recover, a chemotherapy using melphalan - corticoid was used ; allogenic transplantation or bortezomib-based regimens were not available in Madagascar. Unfortunately, the patient died early during the first cycle of chemotherapy. To our knowledge, this is the first case reporting a PCL in Madagascar. This mode of revelation by malaria should be considered in tropical areas.

    Télécharger la version PDF

© MESupReS 2009 - 2018. Mentions légales
(p) Secrétariat Général | Direction des Technologies de l'Information et de la Communication (DTIC)
Contact: dtic@mesupres.gov.mg - Tous droits réservés