Vous êtes ici: Accueil > Documentations scientifiques > Revues récentes > Madagascar : revue de géographie


  • Problèmes d’accès à l’eau potable et aux systèmes d’assainissement et leurs impacts sur la santé humaine à Toamasina
    Madagascar : revue de géographie, volume 50, juillet-décembre 2012, pp. 21-44

    Auteur : Randrianarisoa W.

    Mots clés : ECOSYSTEME URBAIN/SANTE HUMAINE/INFRASTRUCTURES DE BASE/GESTION DE L’EAU/URBANISME/ASSAINISSEMENT

    [Résumé FR] Dans les principales villes de Madagascar , plusieurs facteurs rendent difficile la maîtrise de la gestion de l’assainissement urbain et l’accès à l’eau potable. La forte croissance démographique s’accompagne d’un développement spatial anarchique et d’une dégradation du tissu urbain, qui échappe à tout contrôle des pouvoirs publics. Cette situation a entraîné la recrudescence de diverses maladies. Dans le centre-ville, la plupart des quartiers ont bénéficié de l’installation d’infrastructures de base et d’équipements nécessaires au développement urbain. Les bâtiments publics et privés ou maison d’habitation y respectent le plan d’urbanisme. Au-delà des quartiers du centre-ville, le plan d’urbanisme n’est pas bien défini. Ces quartiers sont difficiles d’accès, parce qu’ils sont sous « équipés en infrastructures urbaines ». Les conforts des habitations manquent énormément : absence d’éclairage publics, de bacs à ordures, de canaux d’évacuation, de bornes fontaines publiques,...Par conséquent, on y trouve entassés divers déchets et des matières fécales. Ces zones sont souvent victimes d’inondation, après chaque passage de pluie. Dans ce contexte, nous avons utilisé l’approche éco systémique relative à la santé humaine, qui intègre conjointement les notions de transdisciplinarité, de participation de la population des zones d’intervention, de genre et de l’équité sociale, pour conduire les travaux de recherche et action sur le terrain. Cette approche permet de prendre en compte les diverses causes et incidences des facteurs du milieu physique, socio culturel, humain et socioéconomique sur les populations, pour aller plus loin et identifier les pistes d’intervention pour améliorer durablement leur cadre de vie. C’est cette approche qui a été utilisée dans les quartiers défavorisés de la ville de Toamasina ,à travers des recherches qui ont associé plusieurs chercheurs professionnels (génie civil, géographie, sociologie, économie gestion, épidémiologie, anthropologie,…), les Organisations Non Gouvernementales nationales et internationales (ONG saint Gabriel , Inter aide, Water Aid ,…..) , les projets (FID ,…) et les institutions publiques qui travaillent dans la zone d’étude, les représentants des populations bénéficiaires de la recherche….Pendant six ans, au cours de nos recherches, les activités menées dans ce cadre ont permis de montrer clairement qu’il existe un lien entre le milieu naturel et la santé humaine et une des relations entre les milieux humains est l’état sanitaire. A partir du suivi de 18 quartiers avec une population au nombre de 46222, en 2008, la première année de l’enquête, dans un écosystème urbain de Toamasina, cette communication met en exergue le lien entre le système d’assainissement et la santé humaine d’une part, et d’autre part, le lien entre la qualité de l’eau utilisée par les ménages et la santé humaine.

    [Résumé EN] In the main cities in Madagascar many factors make it difficult to manage the urban sanitation improvement and the access to drinkable water. The high demographic increase comes with an anarchic spatial development and of a degradation the urban welfare that get out of the control of the public decision-makers. This situation has led to the upsurge of various diseases. In the city centre most of the districts benefitted from the setting up of basic infrastructures and of equipment needed by urban development. The public and private buildings or the dwelling houses rabid by the urbanization plan there. Away from the districts of the town centre the urbanization plan is not totally respected. These districts present a difficult access because they are badly equipped in urban infrastructures . The houses badly lack of comfort : lack of public street lamps, garbage containers, sewerages, public drinkable water. Consequently, various trash and fasces are piling up everywhere. These areas are often victims of flood after every heavy rainfalls . In this context we used the ecosystemic approach relating to the human health which integrates at the same time the notions of transdisciplinarity, the participation of the population in the intervention areas, of gender and social equity to carry up the researches and the action on site. This approach allows us to take into account the various causes and incidents of the physical milieu, human socio-cultural and socio-economic factors on the population in order to move on forward and identify leads for intervention to improve durably their life environment. This approach was used in the poor districts of the city of Toamasina through the invesigations which involved many professional scientists( civil engineering, geography,sociology, economic mangement, epidemiology, anthroplogy…), the national and international Non Governmental Organizations ( Saint Gabriel NGO, Inter Aid, Water Aid…), FID projects …) and the public institutions which benefit from the research… During six years, all along our surveys, the activities carried out in this frame allowed us to show clearly that there is a connection between the natural milieu and the human health and one of the relations between human milieux is the health state.. From the study in 18 districts with 46 222 people in 2008 the first year of the survey in an urban ecosystem of Toamasina, this communication stresses the connection between the sanitation improvement and the human health on one hand and the connection between the quality of the water used by the households and the human health on the other hand.

    Télécharger la version PDF

© MESupReS 2009 - 2017. Mentions légales
(p) Secrétariat Général | Direction des Technologies de l'Information et de la Communication (DTIC)
Contact: dtic@mesupres.gov.mg - Tous droits réservés