Vous êtes ici: Accueil > Documentations scientifiques > Revues récentes > Revue Malgache Cancérologie > Revue Malgache de Cancérologie. ISSN 2519-7304, volume 5 (1), 2021


  • Fréquence et antibiogramme des germes identifiés au cours de l’infection bactérienne à l’unité d’oncologie médicale de l’hôpital militaire d’Antananarivo, Madagascar
    Revue Malgache de Cancérologie. 2021 ;5(1) : 228-242

    Auteurs : Hasiniatsy N.R.E., Refeno V., Ramahandrisoa A.V.N., Razafimanantsoa H., Rakotovao L.A., Rafaramino F.

    Auteur correspondant : Refeno V. (refenovalery@gmail.com)

    Mots clés : ANTIBIOGRAMME/INFECTIONS/ONCOLOGIE MEDICALE/RESISTANCE BACTERIENNE

    [ FR ] Introduction : La résistance bactérienne est la capacité d’un micro-organisme à résister aux antibiotiques. En cas d’urgence, connaitre l’écologie bactérienne et la sensibilité des germes permet de guider l’antibiothérapie probabiliste. A Madagascar, le profil de résistance des germes isolés en oncologie n’a jamais été décrit. Notre objectif était de décrire la fréquence et l’antibiogramme des germes identifiés lors de l’infection bactérienne à l’Unité d’Oncologie Médicale de l’Hôpital Militaire d’Antananarivo
    Méthodes : C’était une étude transversale descriptive faite du 1er décembre 2012 au 31 août 2015. Tous les patients étaient inclus. Les patients non cancéreux et/ou n’ayant pas d’infections bactériennes documentées étaient exclus.
    Résultats : Chez les 52 patients retenus, 79 bactéries ont été isolées. Les bactéries les plus fréquentes étaient E coli (n=24 ; 30%), S aureus (n=6 ; 8%), K pneumoniae (n=6), S pneumoniae (n=6) et A baumannii (n=6). Leur résistance au cotrimoxazole était respectivement de 79%, 33%, 33%, 100% et 50%. Celle à la ciprofloxacine était respectivement de 63%, 0%, 17%, 50% et 50%. Celle à la gentamicine était respectivement de 4%, 17%, 33%, 0% et 50%. Aucune souche de E coli et de K pneumoniae n’était résistante à l’imipenème et à la fosfomycine. La résistance de A baumannii à l’imipenème était de 50% et celle à la fosfomycine était de 100%. Aucune souche de S aureus et de S pneumoniae n’était résistante à la vancomycine.
    Conclusion : Nos données serviront de base à la concertation de protocoles standardisés pour les infections dans les centres d’oncologie malgaches.

    [ EN ] Introduction : Bacterial resistance is the ability of a microorganism to resist antibiotics. In an emergency, knowing the bacterial ecology and the sensitivity of the germs allows to guide probabilistic antibiotic therapy. In Madagascar, the resistance profile of germs isolated in oncology has never been described. Our objective was to describe the frequency and the antibiogram of the germs identified during the bacterial infection at the Medical Oncology Unit of the Military Hospital of Antananarivo
    Methods : This was a descriptive cross-sectional study conducted from 1St December 2012 to 31St August 2015. All patients were included. Patients who were not cancerous and / or had no documented bacterial infections were excluded.
    Results : Of the 52 patients selected, 79 germs were isolated. The most common bacteria were E coli (n=24 ; 30%), S aureus (n=6 ; 8%), K pneumoniae (n=6), S pneumoniae (n=6) and A baumannii (n=6). Their resistance to cotrimoxazole were respectively 79%, 33%, 33%, 100% and 50%. Their resistance to ciprofloxacin were respectively 63%, 0%, 17%, 50% and 50%. Their resistance to gentamicin were respectively 4%, 17%, 33%, 0% and 50%. No E coli and K pneumonia strains were resistant to imipenem and fosfomycin. A baumannii resistance to imipenem was 50% and to fosfomycin was 100%. No strains of S aureus and S pneumoniae were resistant to vancomycin.
    Conclusions : Our data will serve as a basis for the concertation of standardized protocols for infections in Malagasy oncology centers.

    Télécharger la version PDF

© MESupReS 2009 - 2022. Mentions légales
(p) Secrétariat Général | Direction des Technologies de l'Information et de la Communication (DTIC)
Contact: dtic@mesupres.gov.mg - Tous droits réservés