Vous êtes ici: Accueil > Documentations scientifiques > Revues récentes > SERADIKA, revue de Communication > Comité


  • Comité de lecture


    Bertrand Cabedoche est professeur en sciences de l‟information et de la communication à l‟Université Stendhal de Grenoble, responsable des relations internationales du Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (GRESEC), laboratoire français de réputation mondiale. Ses recherches ont d‟abord porté sur les représentations portées par les médias selon l‟axe Nord-Sud (certaines de ses conclusions ont été reprises dans le rapport MacBride sollicité par l‟UNESCO en 1980), puis sur les représentations de l‟Union européenne dans les principaux médias des pays membres, pour la Fundesco (Madrid). Il a aussi travaillé sur la communication de l‟information scientifique et technique, notamment à partir d‟objets sensibles (nucléaire, nanotechnologies), puis sur la communication des organisations à partir de la souffrance au travail et sur la communication interculturelle. Bertrand Cabedoche est depuis 2009 responsable de la chaire UNESCO Communication internationale. Il intervient très souvent en tant que professeur invité, pour les Universités de Beyrouth, Antananarivo, Douala, Tunis, Bucarest et Moscou… et il est régulièrement demandé en tant qu‟évaluateur de travaux scientifiques au Canada et à Londres. Bertrand Cabedoche est publié en Chine, au Brésil, au Canada, aux Etats-Unis, en Tunisie, en Russie, en Roumanie… Son investissement pour la revue Seradika s‟inscrit dans la logique même de son soutien aux formations pour le DIFP, ininterrompu depuis février 2008.

    Baholisoa Simone Ralalaoherivony est professeur à l‟Université d‟Antananarivo, Directeure de recherche en Langue et Lettres à Faculté des Lettres et Sciences Humaines où elle est responsable scientifique du Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au Malgache (CIRAM). Linguiste de formation, elle s‟est faite une spécialité complémentaire en « langue, langage et communication » alors qu‟elle a dirigé la filière Communication du DLLM (de 1994-2004). Elle a contribué à la mise en place de la filière « Communication » du DIFP et continue à collaborer pour son développement pédagogique et scientifique. Ses activités de recherches en communication portent surtout sur le langage de la médiation.

    Pedro Mogorron Huerta est professeur à l‟Université d‟Alicante, Espagne et est Directeur du Département Traduction et Interprétariat. Spécialiste en traduction audio-visuelle, il intervient en tant que professeur invité à l‟Université d‟Antananarivo et soutien les formations au DIFP. Pour ce numéro il a collaboré avec le Cercom en tant que membre du comité scientifique et de lecture.

    Rute Costa est professeur à la Faculté des Sciences Sociales et Humaines à l‟Université Nova de Lisbonne au Portugal. Ancienne présidente de l‟Association Européenne pour la Terminologie, elle est actuellement membre du Centre Linguistique de l‟Université de Nova à Lisbonne. Ses domaines de recherche touchent le discours de spécialité, l‟ontologie, la traduction de spécialité, la lexicographie et la terminologie. Elle travaille depuis un certains moments avec des chercheurs de l‟Université d‟Antananarivo où elle siège actuellement en tant que membre du comité scientifique et de lecture de la revue Seradika.

    Jean Marc Douguet est Maître de Conférences, Habilité à Diriger la Recherche, en sciences économiques et est directeur adjoint de REEDS, au sein de l‟Observatoire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (OVSQ). Il travaille, dans l‟optique de l‟économie écologique, sur les thèmes de l‟analyse intégrée environnementale, de l‟évaluation environnementale et sur le développement et l‟expérimentation de systèmes multimédias d‟apprentissage et d‟aide à la délibération (SMMAAD). Ses domaines d‟application sont l‟agriculture, les ressources en eau, la biodiversité, les territoires et la gestion côtière. Il a travaillé sur de nombreux projets européens, notamment PEGASE (modélisation intégrée des pesticides dans l‟eau et réponses politiques), VIRTUALIS (interfaces multi média pour l’apprentissage environnemental), ALARM (gouvernance pour les risques biodiversité) et SPICOSA, ECOST, THESEUS sur la gestion côtière), ainsi que des projets régionaux (AGRIVISTAS, agriculture durable ; RS4E, rénovation des bâtiments scolaires). Il mène également des réflexions et des activités de développement de supports pédagogiques en ligne (agriculture durable, évaluation de la qualité de la connaissance).

    Raharinirina Rabaovololona Lucie est professeur au DIFP (Département Interdisciplinaire de Formation Professionnelle) de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l‟Université d‟Antananarivo. Docteur en Linguistique (thèse soutenue à Paris 7 en 1991) et ayant obtenu une HDR pour un dossier sur Langue et Développement en 2004, elle participe à la gestion scientifique d‟une formation en communication médiatique. Ses réflexions sur la problématique de la diversité linguistique l‟ont amenée à considérer la production langagière dans sa dimension sociétale, comme l‟illustre sa communication De l’insécurité linguistique à l’insécurité de l’espace public ou les enjeux d’une déconstruction linguistique pour le développement de Madagascar lors du colloque « Les mots du développement : genèse, usages et trajectoires », novembre 2008 au Centre d‟Économie de la Sorbonne, Maison des Sciences Économiques, Paris.

© MESupReS 2009 - 2017. Mentions légales
(p) Secrétariat Général | Direction des Technologies de l'Information et de la Communication (DTIC)
Contact: dtic@mesupres.gov.mg - Tous droits réservés